Randonnées dans le Priorat Montsant

Randonnées dans le Priorat Montsant. L’histoire du Priorat


Randonnées dans le Priorat Montsant

L’histoire du Priorat

Tout commence en 1153, quand le dernier emplacement arabe en Catalogne, le village de Siurana, est reconquis par Bertrand de Castellet.

En 1194, alors qu’Alfonso I el Casto régnait, un groupe de moines chartreux sont arrivés dans la région et ont fondé la Chartreuse de Scala Dei. Pour en savoir plus sur les chartreux cliquez  ici.

Ils ont rapporté de la Provence le savoir et les technologies pour produire du vin. Le territoire de la DOQ Priorat (le Priorat vinicole) est plus ou moins identique à celui de la chartreuse au Moyen-âge.

L’ensemble des bâtiments où les moines vivaient et travaillaient, ‘prieuré’ en Français, s’appelle priorat en catalan. Voilà l’origine du nom de la région!

 

Priorat

Escala Déi

 

Le Grenache est arrivé au XIVème siècle de l’Italie. Le nom dérive de Vernaccia, un village italien de la Ligúria, qui était le point de départ des bateaux qui voyageaient en Catalogne au Moyen Age.

Entre le milieu du XIIème siècle et le milieu du XVIIème siècle le Priorat est en crise : brigands et dépeuplement.

Au milieu du XVIIème siècle la viticulture se récupère et la population commence à augmenter.

Au XVIII siècle le Priorat s’est spécialisé dans la production de vin et d’eau-de-vie (aiguardient en catalan) parce qu’il y avait une demande internationale importante. À ce moment-là il était normal d’ajouter de l’eau-de-vie au vin pour augmenter son niveau d’alcool, afin de le conserver plus longtemps. Un litre d’eau-de-vie était ajouté pour quatre litres de vin.

La distillation de l’eau-de-vie se faisait dans les mêmes villages où avait eu lieu la vendange. Ces temps-là étaient glorieux : le Priorat exportait vers la France, les Pays-Bas et le Royaume-Uni.

Entre 1731 et 1815 il n’y avait qu’une culture dans le Priorat: le vin. La région était riche.

Mais la période entre 1800 et 1840 était difficile à cause des guerres fréquentes : la guerre contre la France, les guerres Carlistes, la loi de confiscation des biens de l’Église en 1835, etc.

 

Randonnée dans le Priorat

 

Entre 1816 et 1835 les prix sont tombés de 40% à cause de la baisse drastique de la demande.

Cependant, en 1840 le Priorat s’est récupéré et la région a connu une nouvelle période de prospérité. La population a augmenté jusqu’à 25.000 personnes en 1857 (En 1980 le Priorat comptait 11.000 personnes)

En 1854 la moisissure uncinula necator s’installe sur tous les vignobles. Heureusement, la plupart sont sauvés grâce à l’utilisation de sulfure. Depuis lors, les vignobles ont toujours été sulfurés.

En 1868 le phylloxera est apparu en France, rapporté des Etats-Unis par un agriculteur français. Le phylloxera arrivera à détruire tous les vignobles d’Europe. Les premiers vignobles détruits se trouvent en France; la France a besoin de vin et, par conséquent, commence à importer de grandes quantités de vin du Priorat. Ainsi, la monté de la production de vin au Priorat a-t-elle permis de nouveau la prospérité dans la région. À ce moment-là, le Priorat atteint le pic de sa population de toute son histoire: 28.000 personnes.

Le vin du Priorat commence à apparaitre dans les salons internationaux, comme celui de Paris en 1878. Le dégrée d’alcool était entre 17° et 19°.

Mais le période prospère finit en 1887, quand la France réduit considérablement ses importations. Les viticulteurs du Priorat avaient ajouté beaucoup d’eau et d’eau-de-vie au vin pour faire face à la demande, c’est pourquoi les Français n’aimaient plus le vin du Priorat. Les gens ont commencé à partir.

Pour aggraver encore la situation, en 1893, le phylloxera arrive au Priorat. Cinq ans après tous les vignobles ont disparu.

Mais les agriculteurs ne pouvaient que planter des vignes car d’autres cultures ne s’adaptaient pas à un terrain si accidenté. Les vignobles du pays sont remplacés par des vignobles américains, qui résistaient au phylloxera.

Le Priorat ne sort de cette crise qu’en 1990 — 100 années noires.

Pendant les années 1920, la situation au Priorat allait de mal en pis à cause de mauvaises vendanges suite à une grave et longue sécheresse.

En outre, il y avait une forte demande de main-d’œuvre pour aller travailler dans les grandes villes, où les usines textiles s’étaient installées. Le Priorat a perdu 30% de sa population.

 

Priorat

.

Les coopératives sont apparues comme un remède à la crise. Grâce à elles, les petits exploitants pouvaient surveiller la production et commercialiser leurs vins. La plupart des coopératives actuelles ont été construites entre 1917 et 1930, et quelques-unes se trouvent dans des bâtiments modernistes dessinés par des disciples de Gaudí. Malgré l’apparition des coopératives, la population continuait à décliner.

Pendant les années 1920, la fraude provoque aussi beaucoup de problèmes. Dans les magasins on pouvait acheter du vin appelé Priorat alors qu’il n’avait pas été produit dans la région. Ce fut un obstacle aux exportations.

D’ailleurs, par rapport à d’autres régions vinicoles espagnoles ou catalanes, le transport du vin produit au Priorat est difficile et cher, car les vignobles sont très éloignés des routes principales. De plus, les cépages dans la région ont une faible productivité.

1927: première tentative pour créer la marque Priorat et introduire une législation pour protéger les vins.

1936: le gouvernement espagnol élabore des normes qui répondent à la plupart des revendications des agriculteurs. Mais trop tard – la guerre civile espagnole commence.

1954: la DO Priorat est créée. DO veut dire ‘Appellation d’Origine’ (Denominació d’Orígen, en catalan). Cependant, la qualité et commercialisation des vins demeurent faible.

Pendant les années 1970, une période prospère en Espagne, l’émigration dans les grandes villes continue. En 1984, 10.400 personnes seulement habitaient dans le Priorat, un chiffre très différent de la hausse historique de 28.000.

La situation semblait irréversible; la plupart des vins était vendu en vrac et seulement trois caves mettaient en bouteille : De Muller, Scala Dei et Masia Barril.

Mais en 1979 René Barbier est arrivé au Priorat et … Lisez ce qui s’est passé après dans Le « Miracle » du Priorat.

Pour savoir plus du Priorat, allez à On ne peut pas parler du Priorat sans parler du vin


Fondateur de TrekPyrenees et Guide de Montagne, Miguel est aussi diplomé en Informatique et MBA. Amoureux des montagnes, il veut vous faire partager sa passion. Miguel parle 4 langues, aime la photographie, l'art roman et le vin!! Il connait très bien les Pyrénées ainsi que les autres montagnes de la Catalogne.

Aucun commentaire

Réagir à cet article